CoreVih Grand Est

L’épidémie à VIH
continue de progresser
en France avec
chaque année près de
7 000
nouvelles contaminations

150 000
personnes sont porteurs
du VIH en France dont
25 000 l’ignorent

L’hépatite C
touche
230 000
personnes en France,
75 000
personnes l'ignorent

Les Infections
sexuellement
transmissibles

sont en recrudescence
( syphilis, Chlamydia ,
gono…)

La Semaine des dépistages

Semaine Régionale
de Dépistage
Alsace

Du 27 Novembre
au 8 Décembre 2017
Télécharger le fichierPDF - 37 ko

Semaine Régionale
de Dépistage
Champagne Ardenne

Du 27 Novembre
au 8 Décembre 2017
Télécharger le fichierPDF - 29 ko

Semaine Régionale
de Dépistage
Lorraine

Du 27 Novembre
au 8 Décembre 2017
Télécharger le fichierPDF - 40 ko

Où se faire dépister ?cliquez pour accéder à la carte interactive

Les outils de prévention du VIH

  • RDR RDR

    La réduction des risques liée à l’usage de drogue consiste en l’utilisation de matériel à usage unique pour éviter d’être contaminé par le VIH ou les Hépatites.( roules ta paille, seringues à usage unique,…)

    Tous ces outils sont disponibles dans les CAARUD

  • TPE TPE

    Traitement Post Exposition

    Qu’est ce que le traitement d’urgence ?

    C’est l’association de plusieurs médicaments contre le VIH.
    Ce traitement est aussi appelé « trithérapie d’urgence » ou « Traitement Post Exposition » (TPE).
    Il permet de réduire les risques de contamination par le VIH, en cas de prise de risque (rapport sexuel non protégé, viol, contact avec du sang) s’il est prescrit rapidement après la prise de risque, au mieux dans les 4 heures et au plus tard dans les 48 heures. Il est instauré pour une durée de quatre semaines.
    Il peut provoquer des effets secondaires.
    Un suivi clinique et biologique sera réalisé jusqu’à 3 mois après l’arrêt du traitement.

    Où trouver le traitement d’urgence?

    Dans tous les Services d’Accueil des Urgences des hôpitaux, 7 jours/7, 24h/24
    Dans les Cegidd ( cf cartographie disponible sur la page)

    Présentez-vous le plus vite possible (au mieux dans les 4 heures), et au plus tard dans les 48 heures, si possible avec votre partenaire en cas de rapport sexuel à risque.
    Un médecin évaluera avec vous le risque pris et l’intérêt de vous prescrire ce traitement.
    Si besoin, il initiera le traitement pour les 72 premières heures, et vous orientera auprès d’un médecin spécialiste du VIH, qui décidera de la poursuite ou non du traitement pour une durée totale de 28 jours, sans interruption, et assurera votre suivi.

  • Dépistage Dépistage du VIH

    Pourquoi se faire dépister ?

    Connaitre son statut sérologique permet de bénéficier le plus tôt possible d’une prise en charge médicale

    Quand se faire dépister :

    • Vous avez eu un rapport sexuel sans préservatif avec une personne dont vous ignorez son statut sérologique
    • Vous avez partagé du matériel (seringue, aiguille, cuiller, paille…)
    • Vous avez un doute sur le matériel utilisé lors de la réalisation d’un tatouage, un piercing
    • Vous avez eu un contact sanguin accidentel avec une personne dont vous ignorez le statut sérologique

    La contamination n’est pas systématique mais une seule prise de risque peut parfois conduire à la contamination.
    Alors levez le doute, faites un test de dépistage.

    Où se faire dépister ?

    Vous avez la possibilité de vous faire dépister par une prise de sang :

    • en laboratoire (remboursement du test si ordonnance)
    • dans un centre de dépistage appelé CeGIDD. ( cf cartographie ci jointe), ou dans un CPEF
      • Le test de dépistage proposé sera un test Elisa.

    Un test Elisa négatif permettra de vous rassurer si la dernière prise de risque date de >6 semaines.
    Si le test est négatif et que la dernière prise de risque est <6 semaines, il faudra refaire le test.
    Si le test est positif, le laboratoire fera automatiquement un test de confirmation (test de Western Blot.).

    Si votre dernière prise de risque remonte à >3 mois :

    • vous pouvez aussi vous faire dépister par un TROD (Test Rapide d’Orientation et de Diagnostic) qui consiste en une petite piqûre au bout d’un doigt .Ces TROD sont proposés dans certaines structures telles les associations de patients (Médecins du Monde, AIDES, SOS hépatites…), ou les établissements médicosociaux (CARRUD, CSAPA…)
    • vous pouvez également vous procurer un autotest de dépistage du VIH en pharmacie ( cf. infos/autotests),

    Dépistage des autres IST

    D’autres infections sexuellement transmissibles, sont actuellement en recrudescences et sont très souvent asymptomatiques.

    • Une prise de sang permet le dépistage de la syphilis et de l’hépatite B. (Dans certaines situations, le dépistage de l’hépatite C et/ou de l’hépatite A pourra être indiqué).
    • Une analyse d’urine ou un auto prélèvement génital permet de dépister les infections à chlamydia et à gonocoque.

    Ces tests peuvent être réalisés en laboratoire ou dans les centres de dépistages anonymes et gratuits (CeGIDD, CPEF)

  • Préservatifs Préservatifs

    Les préservatifs (féminins ou masculins) permettent d’éviter de contracter le VIH ainsi qu’un certain nombre d’autres infections sexuellement transmissibles.

    Les associations de prévention et les CeGIDD vous en mettent à disposition.

  • PrEP PrEP

    La Prep est une nouvelle stratégie de prévention du VIH. Il s’agit de proposer à une personne qui n’a pas le VIH , qui n’utilise pas systématiquement le préservatif lors de ses rapports sexuels et qui est à haut risque de contracter le VIH, un médicament à prendre tous les jours ou pendant les périodes d’activité sexuelle afin d ‘éviter une éventuelle contamination.

    La Prep ne protège pas des IST.

    Pour plus d’informations, vous pouvez vous rendre dans un service de soins VIH, dans un CeGIDD ou auprès d’une association de lutte contre le SIDA.

  • TasP TasP

    TASP signifie que les personnes séropositives (qui vivent avec le VIH) lorsqu’elles prennent correctement leur traitement et que leur charge virale est dite « indétectable » depuis plus de 6 mois, ne peuvent plus transmettre le virus à leur partenaire.

    Le traitement devient un outil de prévention.